Expositions 2018 à l'Hôpital Saint-Jean

L’ancien hôpital Saint-Jean a ouvert ses portes aux artistes dès le samedi 7 avril 2018. À cette occasion, il a accueilli les travaux des élèves de l’école Sainte-Anne pour une journée… et à suivre toute une programmation jusqu’à fin septembre 2018.

Du samedi 14 avril au jeudi 19 avril

de 14h30 à 18h30

« ASIE » Une Invitation au voyage avec les photographies de Francis Deport.

Ingénieur informaticien retraité,  fait de la photographie depuis des temps « immémoriaux » qui commencèrent avec le brownie flash offert pour sa première communion. C’est dans les années 80, après un voyage en Chine et huit cents images, qu’il participe aux Rencontres Internationales de la Photographie d’Arles où il travaille en workshops avec trois grands photographes : John Batho, Hans Sylvester et  Luigi Ghirri.

C’est du travail de ce dernier, de son utilisation de la couleur, de sa sensibilité qu’il se sent le plus proche, comme de leur admiration commune pour des photographes comme Walker Evans et Jessica Lange.

Francis Deport habite Montreuil-Bellay depuis près de vingt ans. Photographe et voyageur, il construit une œuvre sensible.  Il expose des photographies qui éveillent l’œil et l’âme au gré d’un processus humaniste et poétique. Tout comme Paul Nizan, il pense qu’il « n’y a qu’une espèce valide de voyages, qui est la marche vers les hommes… » Voyages qu’il vous invite à faire avec lui en Inde, en Birmanie, au Népal, au Cambodge, en Mongolie, au Bhoutan.

Du vendredi 20 avril au jeudi 25 avril

de 14h30 à 18h30

Deux expos photos: Joël Streiff & Le club Déclic de Bourgueil

« ÉVASIONS » Créations  photographiques de Joël  Streiff

Après des années de pratique photographique argentique,  Joël Streiff exploite les nouvelles possibilités offertes par la technique « numérique » pour faire «parler» ses clichés.

Les œuvres photographiques présentées sont le  résultat d’une démarche créative.

L’ idée  consiste à faire du « faux » avec du « vrai ».  Le fait de bâtir du faux n’a pas pour but de tricher, de « tromper » (même pour l’éléphant ….) mais seulement d’ ouvrir le champ des possibles, de débrider les  imaginations.  L’image résultat est irréelle alors que construite exclusivement à partir de  représentations du réel.

Dans cet exercice, la photo n’est plus un simple outil de mémorisation d’un  instant, d’un lieu,  mais bien au contraire,  elle devient le support d’une créativité  sans limites.

Cette exposition offre au spectateur des images  « à rêver»,  mêlant la poésie, le mystère, l’humour, une provocation parfois ou les fantasmes du photographe.

Image  «mirage»  où tout est réel, tout est illusion.

Certains n’y verront que la manifestation d’un grand désordre mental ! Et pourquoi pas ?

contact :   streiff.joel@gmail.com

« Musiques!» par le club DÉCLIC de Bourgueil

DÉCLIC est la section photo de l’ association « Bourgueil-Accueil-Loisirs ».

Le club photo a pour vocation le partage des idées et des connaissances, qu’elles viennent de photographes confirmés ou de débutants cherchant à acquérir une maîtrise de leur style et de la technique.

Crée en 2017, ce club exposera pour la première fois en avril 2018 à l’ancien Hôpital Saint-Jean de Montreuil-Bellay.

contact :   clubphoto.bourgueil@gmail.com

site web :  https://bal-declic.jimdo.com/

 

Du samedi 28 avril au mercredi 2 mai

de 14h30 à 18h30

Marie Monribot et Nelly Gaubert – Sculpture et Peinture

Marie Monribot

Sculpteur sur pierres demi dures, dures et marbre depuis une vingtaine d’années.
Passion venue à force de visites de musées partout dans le monde et une attirance depuis l’enfance principalement pour la sculpture.
Ma préférence va plutôt vers les formes arrondies, rebondies et très douces à toucher et à regarder, je « milite » pour que les gens aient le droit de toucher les sculptures car c’est pour moi une évidence de pouvoir le faire pour comprendre et vibrer.
J’ai fait un stage à CARRARE même, pour sculpter dans le marbre blanc, magnifique et envoûtant ,et je continue à utiliser ce matériaux qui procure beaucoup de surprises par les veines de couleurs étonnantes qui se dévoilent au fur et à mesure de l’évolution du travail.
Consciente que les sculptures sont difficiles à faire entrer dans l’intérieur des gens, par rapport à la peinture, je fais aussi volontiers des bas reliefs qui y trouvent peut être plus facilement leur place.
La région des Pays de Loire est très ouverte aux manifestations d’artistes ,je profite de toutes ces opportunités pour me faire connaître afin que le plus de gens possible puissent regarder, toucher, contourner , sentir mes sculptures.
marie.monribot@wanadoo.fr

Nelly Gaubert

Je suis une ancienne élève du sculpteur Henri Murail. Je fais de la sculpture et du modelage depuis une trentaine d’années. La peinture et les tableaux de sables ( naturels ) sont venus un peu plus tard compléter mes besoins d’expressions.
J’ai effectué des expositions à titre personnel et depuis deux ans je fais partie de l’association saumuroise clip’Art
Le plaisir de la création doit être partagé. Ce que nous allons faire Marie et moi à Montreuil Bellay….
nelly.gaubert@gmail.com 

Du vendredi 4 mai au dimanche 13 mai

de 14h30 à 18h30

Corinne Lelaumier-Tableaux de verre

De belles années créatives en tant que styliste m’ont incitée à toutes formes de réalisations. En passant par la mosaïque, aujourd’hui je crée des tableaux  avec des morceaux de verre artisanaux (compromis entre la mosaïque et le vitrail).
Je façonne de la couleur solide et non fluide. Cette matière diaphane, cassante et rigide, je l’assouplis en lui donnant du mouvement, de la vie, une nouvelle existence pour l’immiscer dans nos univers de vie, du « verre à soi chez soi ».
Très influencée par l’Art Nouveaux, j’aime revisiter de grands classiques autant que de laisser libre cours à mon imagination.

Des œuvres uniques impossibles à reproduire car chaque plaque de verre est exclusive.

Jean Albert Barreau-Technique huile sur toile

L’attrait pour la peinture a commencé dès mon plus jeune âge, l’ayant délaissée à 20 ans je gardais néanmoins des occasions pour dessiner mon environnement.

J’ai repris la peinture en 1995 en participant à des cours aux Beaux Arts de Nantes pendant cinq années et depuis j’évolue seul.

J’aime peindre l’architecture en interprétant les couleurs environnantes au gré de mon inspiration.

L’association de ces couleurs imaginaires et le jeu des reliefs dans ma peinture m’ont fait évoluer vers l’abstraction sur grands formats.

La création des couleurs  a toujours guidé mon interprétation pour la composition d’un tableau réaliste ou figuratif , cette démarche m’a fait évoluer vers l’abstrait.

Chaque réalisation m’apporte une solution pour l’œuvre suivante.

Aujourd’hui je souhaiterai allier le figuratif à l’abstraction (Abstract 13), mon objectif est de poursuivre ce travail de recherche  au gré de chaque tableau.

La technique à l’huile sur toile me permet d’entrer pleinement en contact avec la matière, de jouer avec les reliefs et d’obtenir des couleurs particulières très lumineuses.

Jean Galliot

Sculpteur  autodidacte, avec néanmoins quelques stages chez des créateurs pédagogues en France et en Italie, notamment à Carrare, j’aime à me confronter à la matière (marbre, plâtre, verre, terre, bois…) pour exprimer ma fantaisie, pour traduire les idées qui m’habitent.

Aussi mes créations ne suivent pas le chemin étroit d’un style mais différentes voies pour reproduire la diversité de mon identité et de mon individualité.

J’aime citer Romain Rolland :

«  Mes gros doigts sont des ouvriers dociles que dirige mon maître compagnon, mon vieux cerveau. »

Du mercredi 16 mai au lundi 21 mai

de 14h30 à 18h30

Daniel Gauthier & Claude Duval, peintres

Daniel Gauthier, originaire de Côte d’or, travaille d’abord dans des cabinets d’architecture sur la Côte d’azur. Parti jeune homme en Allemagne accomplir un échange professionnel franco-allemand d’un an, il y restera finalement 37 ans pendant lesquels il exerce là encore dans divers cabinets d’architectes et d’inginering. Parallèlement à son travail il voyage beaucoup et fréquente des écoles de beaux arts.

Il en développera une faculté d’imagination, d’observation et de création doublée d’une rigueur quasi germanique pour le détail.

En peinture comme en dessin les bords du Rhin sont ses sujets de prédilection.

Revenu à la retraite en France en 2011, il s’installe en Deux-Sèvres à Thouars dont il tombe sous le charme de la vieille ville médiévale. Aussi les premières années ses toiles représentent-elles majoritairement de vieux bâtiments sans toutefois délaisser les paysages qui les encadrent.

Refusant de se laisser emprisonner dans une technique, un style ou des sujets donnés Daniel Gauthier expérimente sans cesse passant du crayon à l’aquarelle à l’acrylique, faisant même quelques excursions en modelage et théâtre amateur.

Finalement on peut dire que ce sont ces multi-facettes dans leur globalité qui lui confère néanmoins un style propre.

Du mercredi 23 mai au dimanche 27 mai

de 14h30 à 18h30

L’art n’a pas d’âge

Avec Stéphanie (artiste peintre) des ateliers peinture sont proposés aux résidents de l’EHPAD  de Montreuil-Bellay depuis un peu plus de 1 an. Lors d’une visite à la chapelle Saint-Jean, Laurent (artiste plasticien) souhaite partager sa passion avec un public plus âgé. Il accompagne déjà des scolaires et tente une nouvelle expérience en faisant pratiquer des arts plastiques aux résidents de l’EHPAD. Tous deux sont intervenants bénévoles, qu’ils en soient remerciés.
Cette exposition est partie d’une  réflexion ou il paraissait  intéressant de valoriser les activités manuelles et artistiques  des personnes  âgées dépendantes. Les objectifs de ces activités ne sont pas seulement occupationnelles mais surtout créatrices et l’occasion d’explorer de nouveaux univers en faisant ressortir l’imaginaire et l’esprit créatif de chacun.

EHPAD : établissement d’hébergement pour personnes âgées dépendantes

Du samedi 23 juin au dimanche 19 aout

Ouvert du Mardi au Samedi 14h30 à 18h30
Dimanche 10h00 à 13h00 et 14h – 18h30 – Hôpital Saint Jean

Entrée et participation libre – Guide sur place : Solène Thouzeau.

 

Installation de Benoit Gillet, en partenariat avec l’association « ART et CHAPELLES – Chapelles d’hier – Artistes d’aujourd’hui »

Benoît Gillet

Présentation de l’œuvre

À la fois chapelle et hôpital, l’ancien hospice de Montreuil-Bellay est marqué par cette double charge ;  du soin des corps au salut des âmes, l’endroit semble être le parfait passage d’un monde à l’autre. L’intérieur de la chapelle semblant porter les stigmates de ces vies passées, on peut d’ailleurs imaginer que le lieu résonne encore de ses anciennes fonctions.

Devant l’impossibilité de représenter tous les corps et âmes passés par là, il semblait plus judicieux d’investir le lieu pour en proposer une interprétation. Attiré par le rapport entre sujet et espace, Benoît Gillet propose d’explorer cette histoire par l’installation de dessins / peintures sur tissu ; des silhouettes pendent ainsi des poutres au sol de la chapelle, à la fois physiquement présentes et bizarrement flottantes.

Ces silhouettes, peintes sur tissus ivoire et gris d’environ 1,5 m de large, sont au nombre de neuf. L’installation permet ainsi d’emplir le lieu mais également au visiteur d’y circuler.

Clin d’oeil à la peinture religieuse de la renaissance italienne et à ses postures exagérées, ces représentations témoignent également d’inspirations plus contemporaines :  les corps éphémères d’Ernest Pignon-Ernest ou Paul Bloas et ses « peintures fragiles in situ » …

 

Outre le rappel évident aux draps du lit d’hôpital, le tissu fait écho à la position horizontale d’un malade sur son lit, tandis que l’installation verticale évoque l’importance de la métaphysique dans ce lieu religieux. Les corps sont-ils en souffrance ou en extase ? D’ailleurs, placés ainsi en suspens, sont-ce des corps, un peu plus, un peu moins ? L’avantage des formes dessinées, c’est qu’elles permettent d’imaginer l’un et l’autre.

 

Présentation de l’artiste

Benoît Gillet a étudié le graphisme et les arts visuels au sein des écoles d’Art d’Orléans et de Quimper. Demeurant aujourd’hui à Nantes, il exerce principalement en Loire-Atlantique et en Maine-et-Loire.

Attiré par la possibilité de placer ses dessins et autres images dans des perspectives nouvelles, il aborde différents sujets par le rapport médium – support – espace. Presque exclusivement figurative, sa pratique du dessin, du collage et de la sérigraphie se déploie sous la forme d’installations ; avec pour liant la représentation de l’humain, ses créations, ses contradictions et parfois ses aberrations.

Photos de l’inauguration du circuit en date du samedi 23 juin

Du mercredi 22 aout au dimanche 26 aout

De 14h30 à 18h30

Bernard Dechereux – Sculpture

Enfant, je sculptais secrètement le dieu Horus dans le tuffeau, à l’aide du couteau de
cuisine, en m’inspirant des photos du petit Larousse. L’animal m’attirait déjà.
Ce ne fût que 30 ans plus tard, pétri par l’envie de sculpter que je fis mes premiers pas dans un atelier de modelage, et se fût l’éclosion d’une attirance intense pour le corps humain.
Maintenant l’animal resurgit , sous forme d’hybride mi homme-mi animal souvent dans des expressions humaines.
Autant que l’étrange et le sacré, l’expression des sentiments enfouis profondément en
nous, m’empoignent parfois, et, comme une certitude, me conduit vers la glaise ou la
pierre ; Car du dialogue constant et soutenu avec la matière, naît une complicité, la
sensation de dépasser mes propres émotions pour aller sur des chemins vierges et
inattendus, de joie ou de souffrance (l’un et l’autre sont si proches), quand il n’y a plus rien d’autres que nos mains et notre ressenti intérieur.
A mon sens, porter un regard de tendresse ou de révolte, de peur ou d’admiration,
d’humanité et de compassion sur l’Homme ou l’Animal, est le socle de toute expression de sentiment.
Qu’ils soient Homme ou Animal, les deux «chantent ou pleurent», «haïssent ou bénissent», naissent et meurent. Ils mènent chacun, dans une étrange similitude leur
combat pour la vie :
Les représenter dans ce qu’ils expriment de touchant et de vrai…. est l’essentiel de ma
façon de les voir et de les aimer.
………………………………….

_ J’anime parfois des stages de sculpture dans mon lieu de vie, au cœur de la nature

Lieudit : Veillard
86200 – RANTON
Tel : 06 82 98 78 71
Mail : dechereux.bernard@gmail.com

Jacqueline Derouard

J’ai toujours peint.
Au fil des ans, j’ai découvre mon univers, fait d’allers et retours entre les encres et la couleur pure (acrylique, pigments naturels et autres matériaux), avec la spontanéité de l’action qui. résulte de mon intuition mais aussi des divers comportements de la couleur.
Ce qui m’intéresse, c’est de « faire jouer la couleur ». En utilisant des aplats, la couleur devient forme, et la forme devient couleur. L’adéquation et l’équilibre entre le langage des formes et celui des couleurs constituent inlassablement ma recherche. Ensuite, des traits, des tâches, des coulures viennent apporter davantage de vie aux tableaux.
Depuis plusieurs années j’aime mettre en scène des personnages et essayer de dégager une ambiance, une expression, de travailler ma nature humaine, mes émotions, avec ses souffrances, ses plaisirs et ses joies.
Quand je suis face à ma toile, c’est un combat qui commence. Quelquefois, on peut avoir l’impression d’avoir réalisé un « chef-d’oeuvre » alors que cela ne plaira à personne. Il ne faut jamais se reposer sur
ce que l’on a accompli.
Peindre pour être libre, être libre de tout peindre .Ouvrir les vannes de l’imaginaire et se laisser emporter par les couleurs, les matières, les rêves et les souvenirs universels. Oser ! Naviguer sans
boussole dans les continents de l’imaginaire en utilisant diverses techniques (huile, acrylique, aquarelle, collage…) multiplier les possibilités d’expressions qui sont les piliers fondateurs matériels de la créativité.

DEROUARD Jacqueline
Lernay
2 rue des Sables 49360 ANTOIGNÉ
02 41 50 90 60
jderouard@wanadoo.fr

Du mercredi 29 août au dimanche 2 septembre

de 14h30 à 18h30

Travaux des élèves de l’atelier des Rêveries – Peinture

Informations complémentaires: (en cours de construction)

Du mercredi 5 septembre au dimanche 16 septembre

de 14h30 à 18h30

Œuvres de Franck Fortuna et Sandra Touraine

Franck Fortuna

Fortu est né à Saumur. Après des études aux Beaux-Arts d’Angers et un diplôme supérieur d’Expression Plastique en poche, il travaille comme graphiste pour des agences de communication. Parallèlement, il dessine pour son blog fortuworld.com et fait des apparitions dans des revues comme « Tchô! », « Spirou » et « Psikopat ». Il publie son premier album jeunesse, « Qui est ko ? : Le sergent vert vs le mercenaire gris », dans la collection P’tit Glénat.
« C’est tout moi ! » en 2013 aux éditions Poivre et sel et « Saudade » en 2016 aux éditions Delcourt.

Sandra Touraine – Peinture

Pour certaines personnes, la ligne la plus droite pour arriver au but n’est pas forcément la meilleure. C’est le cas de Sandra Touraine. Si, dans son enfance, sa mère lui faisait faire de la peinture, du dessin et toutes sortes de travaux manuels pour développer sa fibre artistique, elle a d’abord tenté un cursus plus conventionnel. Après un BEP de couture, elle poursuit par un BEP de secrétaire puis passe un baccalauréat sciences et technologies de la gestion au lycée Guy-Chauvet, qu’elle complète par un peu de droit. Elle sera également animatrice culturelle au musée Théophraste-Renaudot.

«  Ce n’est pas la valeur monétaire qui fait le tableau  »

Mais la peinture, qu’elle n’a jamais vraiment lâchée, finit par s’imposer à elle. Autodidacte, elle décide de suivre des cours en école à Perpignan et au sein d’un atelier qui pratique l’art-thérapie. « J’ai aussi fait des choses plus conventionnelles, du collage, de l’aquarelle, de l’acrylique, du dessin, explique-t-elle. En ayant découvert d’autres techniques, j’ai pu expérimenter moi-même, je recherche en priorité les techniques anciennes. Mais je fais de l’expression libre, alors, si je n’ai pas toujours la technique, ce n’est pas grave. »
L’été dernier, elle a participé au festival d’art à Angliers. « Et j’y ai fait ma première vente ! »
A cette occasion, Sandra rencontre l’association Art Groupe, venue de Lumbres, dans le Pas-de-Calais. Le concept lui plaît, elle intègre l’association et se rend sur place pour organiser des ateliers pour enfants, des visites d’expositions…
Désormais, Sandra voudrait « faire de la peinture (son) métier et pouvoir en vivre » mais en respectant certaines conditions. « Je veux que tout le monde puisse acheter un tableau alors je ne les vends pas chers, ce n’est pas la valeur monétaire qui fait le tableau. »
Elle a aussi en projet de créer une association d’artistes « afin de monter une galerie associative pluridisciplinaire pas uniquement sur la peinture pour que chacun arrête de galérer de son côté et pour montrer tout ce que le milieu artistique loudunais est capable de faire ».
Et, si ça ne marche pas, Sandra cherchera un travail à côté. Et elle a de la ressource. Elle pratique également la photographie et l’écriture avec autant de talent. Ce qu’elle fera sûrement découvrir un jour.

Sandra Touraine expose ses peintures aux Délices d’Éden. Elle voudrait également ouvrir une galerie associative.

Du mercredi 19 septembre au dimanche 30 septembre

de 14h30 à 18h30

Lode Van Poucke et James Aubry

Informations complémentaires: (en cours de construction)