Ce site utilise des cookies pour réaliser des statistiques, personnaliser votre visite et vous assurer une meilleure expérience de navigation. En continuant votre visite, vous acceptez l'utilisation des cookies.En savoir plus
Navigation responsive du site

    Website currently in development

Présentation - Ville de Montreuil-Bellay Présentation de Montreuil-Bellay

_GIL3343.resizedSituée au carrefour de trois provinces, où se rencontrent la tuile et l’ardoise, les terres à blé et les coteaux ourlés de vignes, Montreuil-Bellay est, par nature, un lieu de convergences.

Au sein du Parc Naturel Régional Loire-Anjou-Touraine, Montreuil-Bellay se structure autour d’un espace médiéval intégrant une quinzaine de monuments historiques dont le château, sa ceinture de remparts et la rivière Le Thouet.

Juchée à une altitude moyenne de 40 mètres, la ville dont la dénomination émane d’une double origine (Monasteriolum – petit monastère- et seigneur de Berlay, mal orthographié, pour Bellay) s’étend sur 4 896 hectares depuis 1967 avec le rattachement de la commune de Méron.

Les ammonites de Montreuil-Bellay sont connues dans le monde entier (étage Callovien) il fallut sans doute attendre le Néolithique pour que les premiers habitants occupent les lieux, ce qui est attesté par la présence de menhirs. Puis vers l’an 1025 Foulque Nerra édifie un château fort qui sera renforcé au XIIIeme puis XVeme siècle

L’occupation de cette surface met en avant les axes de développement que la municipalité s’est donnée : 240 hectares, sont en effet consacrés aux zones industrielles (Méron et Europe Champagne) et 683 hectares à la culture de la Vigne (AOC Saumur).

Cette orientation viticole, consacrée par l’implantation d’un lycée agricole, découle de la localisation de la commune sur un terroir  particulier  avec une base argilo-calcaire sur une roche mère de tuffeau (calcaire dur, avec lequel on a construit les châteaux de la Loire…). 

La champagne de Méron présente, aussi, un grand intérêt pour la nidification de nombreuses espèces ornithologiques dont l’outarde canepetière. Cet intérêt a été reconnu en 2007 par l’instauration d’une Zone de Protection Spéciale dans le cadre de la démarche Natura 2000.

Un autre axe de développement réside dans le tourisme avec le développement d’animations telles les médiévales, un festival de BD, des concerts, des spectacles, du cinéma de plein air avec une attention particulière pour l’œnotourisme.