.

.

La ville de Montreuil-Bellay s’attache à mener une politique de développement durable. Elle recherche l’harmonie entre espaces verts et patrimoine bâti, tout en préservant les ressources naturelles et la biodiversité. Cette volonté, récompensée par différents labels, se traduit par la gestion différenciée des espaces, le fauchage tardif, le recours au paillage et par la végétalisation des espaces.

 

.

.

La gestion différenciée, c'est quoi?

C’est un mode de gestion des espaces verts plus respectueux de l’environnement qui s’adapte à l’usage des lieux. Cela consiste donc à ne pas appliquer à tous les espaces la même intensité ni la même nature de soins. A chaque espace correspond un usage ou une fonction qui détermine son niveau d’entretien.

 

 

Ses objectifs sont simples :

  • Valoriser le potentiel paysager (maintenir le fleurissement en ville, mettre en valeur les praires et les pelouses, réhabiliter les zones naturelles et promouvoir la diversité des espaces)
  • Accroître la biodiversité (améliorer la connectivité des sites, diversifier les écosystèmes et limiter les pollutions)
  • Optimiser les coûts d’entretien (réduire l’entretien intensif de certains sites, favoriser le recyclage des déchets, limiter la consommation en eau, les produits phytosanitaires et les engrais, adapter le matériel pour réduire les temps d’intervention)

 

 

 

Le Plan de Gestion Différenciée permet de recenser et cartographier chaque espace vert du territoire communal et de lui attribuer un code d’entretien en fonction de son usage, sa fréquentation, sa localisation. Sur la commune de Montreuil-Bellay ce sont 6 codes d’entretien qui ont été définis.

 

 

 

La ville de Montreuil-Bellay a donc voulu faire évoluer ses méthodes d’entretien en modifiant ce plan en début d’année 2016.

  • Les gazons n’ont plus vocation à être irrigués à l’exception des terrains de sports et des endroits de « prestige » générant moins de gaspillage d’eau et un entretien raisonné
  • La fauche tardive: Les surfaces enherbées où l’usage est occasionnel ont été dédiées à la prairie, seuls les contours et allées piétonnes sont tondus régulièrement. Cela permet de maîtriser les coûts d’entretien et offre un refuge à de nombreux insectes ce qui constitue un véritable réservoir de biodiversité.

.

.

 

.

Le paillage

Le paillage c’est quoi?

C’est l’opération qui consiste à déposer des matériaux protecteurs sur la terre, appelés paillis.

Le choix des paillis répond à plusieurs considérations :
– la configuration de l’espace (zone urbaine ou pleine terre )
– l ‘esthétisme du massif (l’harmonie des couleurs paillis/ plantes)
– le bien être de la plante (protection, stress hydrique )

Il existe plusieurs sortes de paillis : naturels ou synthétiques; la commune utilise essentiellement des paillis organiques: déchets de taille broyés, copeaux de bois, feuilles mortes rassemblées au pied des arbustes … Pour les massifs d’annuelles et de vivaces, un paillage plus fin sera privilégié.



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

OBJECTIFS
– Limiter la pousse des adventices (plantes indésirables) et les désherbages
– Réduire les arrosages des végétaux.
– Améliorer la structure du sol grâce à la décomposition des paillis organiques.
– Favoriser la vie microbienne du sol et ainsi rendre les éléments nutritifs plus facilement assimilables par les plantes.
– Améliorer la croissance des végétaux et leur santé.

 

.

.

Les vivaces

 

Une plante vivace, ou plante pérenne, est une plante pouvant vivre plusieurs années.

Elle subsiste l’hiver sous forme d’organes spécialisés souterrains protégés du froid et chargés en réserve (racines, bulbes, rhizomes).

Les plantes vivaces peuvent conserver leur feuillage à la mauvaise saison, mais le plus souvent celui-ci se dessèche, la plante ne survivant que grâce à la souche restée dans le sol.

 

 

 

La plante annuelle est la plante « reine » en
fleurissement, mais son utilisation nécessite
beaucoup d’entretien et un renouvellement
permanent. Que de temps, d’argent et de possibles
pollutions pour des plantes qui ne fleuriront qu’une
année ! Sans vouloir leur disparition, pourquoi ne
pas trouver le compromis idéal?
Les plantes vivaces, quant à elles, occupent
progressivement l’espace et offrent des niches
écologiques variées. Elles sont plantées une fois,
parfois déplacées mais beaucoup moins renouvelées
que les annuelles. Un bon choix passe évidemment
par des variétés rustiques et si possible locales
pour dynamiser l’écosystème du massif fleuri.