Située au carrefour des routes départementales 347, 761 et 938, au sein du Parc Naturel Régional Loire-Anjou-Touraine, la ville de Montreuil-Bellay, chef lieu de canton, compte 4 347 habitants répartis entre le centre ville, structurée autour de l’espace médiéval, et de huit villages (Méron – Balloire – Chaumont – Panreux – Trézé – Champ de Liveau – La Motte Bourbon – Lenay)

Juchée à une altitude moyenne de 40 mètres, la ville de Montreuil-Bellay dont la dénomination émane d’une double origine Monasteriolum (petit monastère) pour Montreuil et seigneur de Berlay (mal orthographié) pour Bellay s’étend sur 4 896 hectares (depuis 1967 avec le rattachement de la commune de Méron).

L’occupation de cette surface met en avant les axes de développement que la municipalité s’est donnée. Sur cette surface, 232 hectares sont en effet consacrés aux zones industrielles de Méron et d’Europe Champagne, alors que 683 hectares sont consacrés à la culture de la Vigne.

Cette orientation viticole, consacrée par l’implantation d’un lycée agricole, découle de la localisation de la commune sur la faille de Loudun, à l’origine d’un sous sol constitué de différentes roches calcaires comme le calcaire blanc grumeleux du Bathonien très dur.

Téléchargez le dossier de présentation de la Ville de Montreuil-Bellay (avec les données INSEE) : Présentation 2017 – 23 janvier

Cette géologie confère en outre à la champagne de Méron un grand intérêt pour la nidification de nombreuses espèces ornithologiques dont l’outarde canepetière (espèce protégée). Cet intérêt a été reconnu en 2007 par l’instauration d’une Zone de Protection Spéciale dans le cadre de la démarche Natura 2000.

Un autre axe de développement réside dans le tourisme. Riche d’un patrimoine architectural, hérité des onze derniers siècles, extrêmement bien conservé (château, remparts, chapelle…), la ville a instauré en 2001 une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager.

Cette volonté de préserver cet héritage et de le mettre en valeur est reconnue de tous depuis de nombreuses années puisque notre ville a le plaisir de figurer parmi les Plus Beaux Détours de France, les Stations vertes et d’appartenir à l’association des Villes d’Arts et d’Histoires.

Mais si le passé est important, l’avenir n’est pas pour autant négligé. La municipalité se tourne donc désormais vers le développement durable. Après avoir mis en interne différentes procédures destinées à préserver la qualité des richesses naturelles, elle participe au réseau Plantes et Cités dont l’objectif est de développer et mutualiser les expériences dans ce domaine.